Robert Bockowski

J’ai 47 ans. Je suis le père d'une fille de 10 ans et d'un garçon de 8 ans; nous sommes Atypiques. Je suis né dans une famille d'Atypiques, qui pour survivre des horreurs guerrières du siècle passé, ont développé malgré eux un mode de vie hors système. Mon père, un Hypersensible, m'a donné la possibilité au sein du foyer de me développer librement. Il a détecté très vite mes qualités de HP. Grâce à cette compréhension, il m'a donné accès à de nombreuses connaissances. J ai expérimenté très tôt: musique, photographie, gymnastique, danse, dessin, hand-ball, voyage, jardinage, menuiserie, nature, BMX, cinéma, surf des terrils, cuisine, informatique, lectures, lectures, lectures...

 

Parallèlement à cet Eden buissonnier, j'ai été témoin dans ma famille de scènes d'une intense atrocité. Cela m'a donné ce sentiment d'être un étranger parmi d'étranges personnes qui elles-mêmes étaient très différentes des personnes qui nous entouraient.

 

J'ai par force de caractère traversé enfance et adolescence comme guidé dans mes choix et mes comportements. Je peux dire aujourd'hui que j ai vécu une très belle enfance dans un malheur absolu. L'apprentissage spirituel commença dans une sévère dualité.

 

Cette guidance (mon âme) ne m'a jamais quitté bien que je n'appris à écouter que très récemment.

 

Aux yeux du monde, j'étais un bizarre. Le Punk et la New-Wave aidant, j'appris à me confondre, en changeant d'être face aux autres. Je zébrais mon pelage. Cependant, à l'intérieur un idéal, un désir toujours le même: apprendre, grandir, expérimenter, créer. David Bowie un Atypique aussi, le chante parfaitement dans ‘Across the Universe’

 

J'étais un adolescent Hypersensible. Je ressentais immédiatement toute dissonance entre ce que les gens me disaient et ce qu'ils pensaient réellement. Je devins critique voire sarcastique face à cette humanité dissonante. Mais cette colère, je l'intériorisais car je ne savais où la mettre.

 

J ai passé mes humanités en 'sciences et sport' avec un taux de présence aux cours défiant la gravité terrestre. Mes talents de faussaires, aidant, je justifiais mes absences par un état fébrile chronique. Mon taux vibratoire élevé en est l'explication scientifique.

 

A l'université, plus besoin de justifier son absence. J'optai alors pour un cursus Atypique : ‘Arts et Sciences de la Communication’. Des sciences humaines à profusion et l'apprentissage du langage symbolique dans l'art pictural, la photographie et le cinéma. Mais la rationalité et l'abstraction philosophique ont eu temporairement raison de mon chaos émotionnel. Je quittai l'université pour une école d'architecture où tout devint simple et stimulant pour moi. En méditant sur des espaces, je pus y trouver un contenant pour ma pensée. Deux années de pur plaisir. Je retournai ensuite à la faculté pour terminer avec distinction mon cursus universitaire.

 

Je ne sortis pas de là avec un métier mais une aptitude à créer artistiquement. Un atout majeur pour la suite car malgré, cela le monde professionnel dans lequel j'entrais me semblait limité et triste. Durant ces années d'études, les connaissances accumulées et les sciences dont elles provenaient rendaient compte partiellement du monde dans lequel j'étais mais aucune n'expliquait comment être heureux. Je soupçonnais d'ailleurs en arrivant un 11 septembre au travail une idéologie manipulant notre existence...

 

Cependant, l'élévation de conscience dut attendre encore un peu.

 

Le monde de l'entreprise, à l'aube de l'an 2000, était prometteur par l'avénement de l'Internet et carcéral au possible par les modes de manage-ment y opérant. J'ai rencontré, dans les tranchées des agences de pub, la mère de mes enfants qui, en Atypique parfaite, ne supportait pas non plus le mensonge ambiant tant dans sa forme que dans le fond.

 

Le bonheur au travail.

 

N'ayant pas d'autre choix alors que de créer un nouveau mode vie, nous avons fondé en 2005 à Bruxelles, un studio d'architecture d'intérieur d'un genre nouveau www.rose-experience.com. Sa raison d'être est très simple: contribuer au bonheur des gens au travail. Un idéal magnifique et qui, dans la réalité, révéla parfaitement la perversion du modèle de société dans lequel nous vivons.

 

J'ai passé 9 années à tenter de résoudre des quadratures de cercles. Pris entre syndicat et patronat, mesurant le m2 vital par employé, réduisant le dB trop élevé, tout cela en tentant d'y mettre des formes et des couleurs censées diminuer la douleur collective.

 

Mon ex-épouse ne s'y est pas trompée, avant la forme, il aurait fallu changer aussi le fond. Mais le corps social commence à n'être prêt à cela que maintenant (l'êtes-vous ?). Elle poursuit aujourd'hui cette aventure en accompagnant les groupes et les individus dans leur processus de changement.

 

L'éveil de conscience en plein chaos.

 

De mon côté, le burn-out vint comme un éclair, une nuit d'octobre 2016. Je ne revins plus au studio. J'étais comme bloqué dans une révolte intérieure. Pris entre le sens d'un devoir en regard de la société, de ma famille et un abîme profond où nombre de mes questions existentielles m'entrainaient. J'ai plongé. Affrontant une après l'autre mes peurs. Cela a duré 4 ans. J'ai démoli mon architecture intérieure en décidant de vivre pour moi.

Vivre pour moi.

En posant cette intention, ma guidance répondit immédiatement en mettant sur ma voie une femme Atypique ayant vécu une sortie de corps lors d'un massage. Notre rencontre amplifia considérablement nos potentiels énergétiques liés à nos Atypismes.

 

S'ouvrit alors à moi une compréhension du monde hors pensée. Par le corps. Au niveau relationnel, cela n'a pas été sans heurts car l'énergie a enclenché, sans que je le sache à ce moment-là, son processus de nettoyage émotionnel et nous a amené à revivre tout ce qui était resté bloqué dans nos corps subtils. De rupture en rupture, cette relation devint invivable.

 

Une rencontre déterminante.

 

Vu de l'extérieur, j'étais dans cette histoire d'amour un fou violent. Vu de l'intérieur, je cherchais dans un calme absolu, une cohérence à toute cette intensité énergétique.

 

En participant à un groupe de parole sur les violences conjugales, puisqu'en bon zèbre, je m'étais identifié à ce modèle d'homme que ma compagne et moi avions connu enfant chez nos pères respectifs; je compris que je n'étais pas au même niveau de conscience que les autres hommes de cette assemblée. En effet, durant les séances, je leur donnais en temps réel toutes les clés pour résoudre leur problème d'impuissance, de manque d'estime de soi et de peur de l'abandon. En regard de ces hommes, je pus distinguer ce qui en moi était étranger. Ces émotions reconnues, elles me quittèrent pour en faire apparaître d'autres.

 

Je sortis donc du groupe revigoré. Et dans la même semaine, je fis la rencontre de Martine et Charles lors d'une conférence où ils expliquaient le Système Energétique des Personnes Atypiques.

Une énergie Crystal avec une âme de bâtisseur.

 

Avec Martine, Charles et leur approche j'ai trouvé la cohérence de mon psychisme tant dans le fond que dans la forme. Mes capacités de perception guident aujourd'hui ma vie. Et l'Homnéologie est mon outil pour bâtir à nouveau.

 

Au sein de l'organisation, je crée la communication, je coordonne les événements (conférences, ateliers, formations) et j'accompagne les personnalités Atypiques. Et parallèlement à cela, je continue à designer des messages et des espaces (www.harmonik.design). Je bâtis un futur autre et peut-être le vôtre aussi?

Je vous remercie d'avoir pris le temps de lire jusqu'ici. Je suis à votre disposition pour toute question relative à l'Homnéologie.